Une solution?
1 - ARTICLE
Accaparement de terres : le groupe Bolloré accepte de négocier avec les communautés locales
Des paysans et villageois du Sierra-Leone, de Côte d’Ivoire, du Cameroun et du Cambodge sont venus spécialement jusqu’à Paris. Pour la première fois, le groupe Bolloré et sa filiale luxembourgeoise Socfin, qui gère des plantations industrielles de palmiers à huile et d’hévéas (pour le caoutchouc) en Afrique et en Asie, ont accepté de participer à des négociations avec les communautés locales fédérées en « alliance des riverains des plantations Bolloré-Socfin »

Donnez votre avis!

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire