Une solution?
1 - ARTICLE
« J'ai commis l'erreur de collaborer avec les services de l'antiterrorisme français »
Juin 2014, me voilà au siège de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) avec mes anciens co-otages. Nous sommes face à plein de gens sûrement très importants qui nous expliquent en chœur qu'ils ont Nemmouche et qu'il était peut-être l'un de nos geôliers en Syrie. Ils précisent que, en théorie, ils ont la possibilité de le garder encore des jours et des jours mais que bon, comme ils l'ont déjà depuis un moment, ils vont devoir le refourguer aux Belges.

Donnez votre avis!

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire