Une solution?
1 - ARTICLE
Le « non » grec, ou l’illusion d’un changement, par Gabriel Rabhi
Gabriel Rabhi, auteur du documentaire « Dette, crise, chômage : qui crée l’argent ? » revient sur le referendum grec qui a vu une large victoire du « non » dimanche dernier. Pour lui, contrairement aux apparences, ce referendum n’illustre pas une aspiration du peuple à la souveraineté.

Evaluation

Note d'intérêt = 3,0 / 5 Note de piment = 0,0/2 Note de complexité = 0,0 / 2

Evaluations

Témoignage intéressant x 1
Plus de contextualisation sur le sujet est requise x 1
Le message est trop caricatural x 1
Le sujet et le point de vue sont intéressants, mais le protagoniste est controversé x 1
Portrait de Cercle des volontaires
10014
[field_motif_de_refus]
Portrait de July
10028
<p> Cette analyse est intéressante même si incomplète, il me semble:</p> <p> Geneviève Azam, économiste précise qu'en cas de sortie de l'euro, la Grèce ne disposant pas de ressources énergétiques propres serait en grande difficulté puisqu'elle devrait tout importer et se retrouverait confrontée à des prix d'autant plus exorbitants que sa monnaie aurait été dévaluée. Ce qui rend donc impensable une sortie de l'euro par le gouvernement Tspiras.<br /> Il me semble que la Grèce étant débitrice de l'Allemagne, il serait également peu judicieux pour cette dernière de vouloir faire sortir le pays de la zone euro; toujours à cause de cette dévaluation de la monnaie, la Grèce serait encore plus dans l'incapacité de rembourser ses dettes.<br /> <br /> Enfin, selon un récent rapport du CATDM: la Grèce est en passe de prouver que sa dette est illégitime et illégale, ce qui permettrait une annulation de celle-ci. Il est donc nécessaire pour eux de gagner du temps et attendre que tout le rapport ait été transmis et étudié.</p>
[field_motif_de_refus]
Ok.

Partager

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn Partager sur Pinterest