Les diverses subventions ainsi que les entraves à la concurrence ont fort mauvaise presse aujourd’hui. À droite comme dans la gauche libérale, elles relèvent de l’interdit absolu, du tabou. Le Ministre de l’économie, M. Emmanuel Macron, ne parle que de « libérer » l’économie française, ce qui équivaut à dire qu’il nous faut plus de concurrence. Ce discours est tenu quotidiennement par la commission européenne, et repris, tout aussi quotidiennement par le gouvernement français dit « socialiste ». Il y a ici à l’évidence un point de consensus.

Mais ce point est construit sur une évidence auto-proclamée. En effet, l’existence des subventions ne doit rien au hasard et elles sont largement pratiquées, y compris dans les pays qui tiennent le discours le plus libéral, comme les États-Unis. Si certains intérêts particuliers ont voulu se protéger parfois indûment, les processus de concurrence sont en réalité loin d’avoir dans le monde réel tous les attraits qu’un certain discours leur prête. Il y a de solides raisons théoriques à vouloir dans certains cas fausser le jeu de la concurrence « pure ». Les discours prescriptifs qui cherchent au contraire à l’étendre reposent en effet sur des bases normatives extrêmement discutables.

Une solution?
3 - IMAGES
La concurrence existe-elle vraiment entre les grandes entreprises ?
Les diverses subventions ainsi que les entraves à la concurrence ont fort mauvaise presse aujourd’hui. À droite comme dans la gauche libérale, elles relèvent de l’interdit absolu, du tabou. Le Ministre de l’économie, M. Emmanuel Macron, ne parle que de « libérer » l’économie française, ce qui équivaut à dire qu’il nous faut plus de concurrence. Ce discours est tenu quotidiennement par la commission européenne, et repris, tout aussi quotidiennement par le gouvernement français dit...

Donnez votre avis!

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire