L’article 123 du Traité de Lisbonne précise que TOUS les États membres de la Communauté européenne n’ont plus le droit d’emprunter auprès de leur banque centrale. Ils sont dorénavant dans l’obligation d’emprunter auprès des marchés financiers, moyennant des intérêts. Descendant de la loi Pompidou-Giscard de 1973 et de l’article 104 du Traité de Maastricht, cet article est à l’origine de l’endettement et des sommes faramineuses engagées par l’état pour le remboursement d’une dette qui ne devrait pas exister. Le coût des intérêts de cette dette représente le premier poste de dépense du budget de l’état et s’élève à 153 millions par jour, soit plus de 106 000 € par minute (ou 56 milliards par an). C’est une dette « odieuse » car elle a été contractée contre nos intérêts, sans notre consentement et en toute connaissance de cause par les créanciers.

Une solution?
3 - IMAGES
L'Article 123 du Traité de Lisbonne Tue 1
L’article 123 du Traité de Lisbonne précise que TOUS les États membres de la Communauté européenne n’ont plus le droit d’emprunter auprès de leur banque centrale. Ils sont dorénavant dans l’obligation d’emprunter auprès des marchés financiers, moyennant des intérêts. Descendant de la loi Pompidou-Giscard de 1973 et de l’article 104 du Traité de Maastricht, cet article est à l’origine de l’endettement et des sommes faramineuses engagées par l’état pour le remboursement d’une dette qui ne...

Donnez votre avis!

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire