1. Le triomphe du néocolonialisme au travers des interventions militaires françaises au Mali et en Centrafrique

A n’en pas douter, l’action de François Hollande en Afrique, loin de constituer une rupture avec son prédécesseur, n’en est que la continuation avec une intensification des méthodes d’appropriation du pouvoir politique par des fins militaires dans le pré-carré francophone d’Afrique. Aucune rupture avec ce qu’il est communément appelé “Françafrique” mais un renforcement tous azimuts avec l’appui de l’armée française. En l’espace d’un an, le “chef de guerre” Hollande (tel qu’il a été communément nommé par les journalistes de l’AFP lors de son action guerrière au Mali[2,3,4]) en est à sa deuxième guerre en Afrique. Après le Mali en janvier 2013, c’est au tour du Centrafrique en décembre 2013 d’être à nouveau la proie des actions militaires du Président français. Le prétexte, relayé par des médias complaisants, en est la lutte contre l’islamo-terrorisme, alors qu’en réalité la France dans les deux pays cités précédemment a sa part de responsabilité dans l’extension du terrorisme islamiste en Afrique subsaharienne. Elle a sous le règne de Nicolas Sarkozy armé, soutenu et porté les terroristes islamistes en Libye pour abattre le régime de Kadhafi. Ces mêmes terroristes en ont profité ensuite pour essaimer au Mali.

Une solution?
3 - IMAGES
Le Néocolonialisme
1. Le triomphe du néocolonialisme au travers des interventions militaires françaises au Mali et en Centrafrique A n’en pas douter, l’action de François Hollande en Afrique, loin de constituer une rupture avec son prédécesseur, n’en est que la continuation avec une intensification des méthodes d’appropriation du pouvoir politique par des fins militaires dans le pré-carré francophone d’Afrique. Aucune rupture avec ce qu’il est communément appelé “Françafrique” mais un renforcement tous...

Donnez votre avis!

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire