" J'ai beau dormir tous les soirs dans un journal je ne fais jamais l'actualité. "

Une exposition remet au centre des préoccupations les SDF et propose de réfléchir autour de leurs situations, et nos attitudes envers eux.

Les actions humanitaires, ça commence en bas de chez nous. L’association « Vues d’en Bas » se bat justement pour restituer aux SDF une dignité. On oublie trop souvent qu’un simple regard peut changer leur quotidien. Ils sont là, et nous, nous passons devant eux sans leur décocher un sourire, que ce soit dans les couloirs du métro ou dans la rue. Comme s’ils n’existaient pas.

L’association de Sophie Bigo a proposé à des artistes (photographes, chanteurs, danseurs, graphistes etc.) de travailler sur le thème de l’invisibilité. Le but ? Sensibiliser les visiteurs sur l’impact de leurs comportements sur les personnes en situation de grande précarité. Dans la même logique, elle a aussi demandé à 200 employés de la société Canadienne Softchoicece ce qu’ils écriraient pour ré-humaniser le sigle SDF. Les photographes Samir Bahrir, Benjamin Hoffelé, The Woïd et Thomas Ledoux ont ensuite été chargés de mettre en images ces promesses d’humanité.

D’autres clichés de l’expo « Vues d’en bas » sont à découvrir jusqu’au 26 juillet 2014 au 37, rue des Boulets, 75 011 Paris.

Une solution?
3 - IMAGES
Des photos pour dénoncer l’invisibilité des SDF
" J'ai beau dormir tous les soirs dans un journal je ne fais jamais l'actualité. " Une exposition remet au centre des préoccupations les SDF et propose de réfléchir autour de leurs situations, et nos attitudes envers eux. Les actions humanitaires, ça commence en bas de chez nous. L’association « Vues d’en Bas » se bat justement pour restituer aux SDF une dignité. On oublie trop souvent qu’un simple regard peut changer leur quotidien. Ils sont là, et nous, nous passons...

Donnez votre avis!

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire