Dans leur livre, “Informer n'est pas un délit” qui vient de paraître, seize journalistes, dont Fabrice Arfi et Benoît Collombat, décryptent les censures, les obstacles et les moyens de pression que subissent les journalistes d'investigation lors de leurs enquêtes. Edifiant.

Harcèlement judiciaire, campagnes de dénigrement et de déstabilisation, rétention d’informations, pression psychologique, violences physiques… Pas tous les jours faciles d’être journaliste d’investigation. Dans le livre Informer n’est pas un délit, en librairie ce 30 septembre, seize d’entre eux ont décidé de raconter tous les obstacles rencontrés au cours de leurs enquêtes les plus sensibles. Certains sont très connus, comme Denis Robert, Fabrice Arfi (Mediapart) ou le tandem du Monde Gérard Davet / Fabrice Lhomme – leur nom rime avec Clearstream, Cahuzac ou Bettencourt. D’autres sont à l’origine de révélations sur les affaires de Vincent Bolloré au Cameroun, le système Estrosi à Nice ou les méthodes musclées du Front national. Nous avons rencontré deux d’entre eux : Fabrice Arfi, qui a dirigé le livre avec Paul Moreira (Premières Lignes), et Benoît Collombat, grand reporter à France Inter.

Une solution?
3 - IMAGES
La liberté de la presse existe-t-elle ?
Dans leur livre, “Informer n'est pas un délit” qui vient de paraître, seize journalistes, dont Fabrice Arfi et Benoît Collombat, décryptent les censures, les obstacles et les moyens de pression que subissent les journalistes d'investigation lors de leurs enquêtes. Edifiant. Harcèlement judiciaire, campagnes de dénigrement et de déstabilisation, rétention d’informations, pression psychologique, violences physiques… Pas tous les jours faciles d’être journaliste d’investigation. Dans le...

Donnez votre avis!

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire