Maria a 44 ans, elle habite à Porto avec sa fille de 13 ans. Le chômage, depuis des années, et un divorce l’ont précipitée dans la précarité. L’ancienne secrétaire de direction survit grace aux allocations familiales et au Rsa. Soit environ 280 euros par mois, de quoi juste payer les factures:

“Pour manger c’est plus compliqué, explique-t elle. Si je n’avais pas l’aide de mon père, moi et ma fille, nous boirions de l’eau, parce qu’elle, je la paye encore et il y en a au robinet. Ce qui me donne la force de me lever le matin? Ma fille qui dort à coté dans l’appartement. J’espère que l’avenir sera meilleur pour ma fille. Pour moi, je n’attends plus rien”.

L’histoire de Maria est loin d‘être un fait isolé dans une l’Europe en crise. Le contrôle de la dette a effacé la lutte contre la pauvreté des discours politiques. Dans la Stratégie européenne 2020, l’UE affichait l’objectif de sortir de la pauvreté 20 millions de citoyens d’ici 2020.

Une solution?
3 - IMAGES
La pauvreté mérite-elle notre déni ?
Maria a 44 ans, elle habite à Porto avec sa fille de 13 ans. Le chômage, depuis des années, et un divorce l’ont précipitée dans la précarité. L’ancienne secrétaire de direction survit grace aux allocations familiales et au Rsa. Soit environ 280 euros par mois, de quoi juste payer les factures: “Pour manger c’est plus compliqué, explique-t elle. Si je n’avais pas l’aide de mon père, moi et ma fille, nous boirions de l’eau, parce qu’elle, je la paye encore et il y en a au robinet. Ce qui...

Donnez votre avis!

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire