Ancien fleuriste, guérillero, prisonnier, aujourd’hui président de l’Uruguay et vedette mondiale pour son style austère, ses discours anti-consuméristes et les lois sociétales qu’il a fait adopter, Jose Mujica, quasi octogénaire et bientôt retraité, convient qu’il a mené «une vie extraordinaire».

«Je suis ingrat, je devrais croire en Dieu. Parce que je suis passé par tant de hauts et de bas, et aujourd’hui, j’ai presque 80 ans», confie-t-il à l’AFP, à quelques mois de la fin de son mandat, dans sa modeste maison de 45 m2 des environs de Montevideo aux murs tâchés d’humidité.

Moustache grise et polaire beige, M. Mujica reçoit sans chichi et commente aussi bien l’actualité internationale qu’il théorise sur l’amour ou «l’espèce» humaine et les risques qu’elle encourt, dans sa course effrénée au profit.

S’il s’est distingué par ses discours contre la société de consommation, c’est la loi sur la régulation du marché du cannabis qui a terminé de faire du «président le plus pauvre du monde», comme le surnomme la presse internationale, une vedette planétaire.

Sur le consumérisme et la dégradation de notre environnement, «je n’ai rien découvert, c’est une évidence qui crève les yeux. Mais il y a une impuissance des grands pays, qui vivent en pensant à leurs intérêts nationaux, à qui va gagner les prochaines élections», regrette celui qui est pourtant dans son pays partisan de projets miniers ou portuaires contestés.

Mais sous son mandat de cinq ans - les élections présidentielles auront lieu en octobre - l’Uruguay, petit pays d’Amérique latine de 3,3 millions d’habitants, a également adopté des textes pionniers dans la région, comme le mariage homosexuel ou l’autorisation de l’avortement.

Une solution?
3 - IMAGES
Connaissez-vous ce président atypique ?
Ancien fleuriste, guérillero, prisonnier, aujourd’hui président de l’Uruguay et vedette mondiale pour son style austère, ses discours anti-consuméristes et les lois sociétales qu’il a fait adopter, Jose Mujica, quasi octogénaire et bientôt retraité, convient qu’il a mené «une vie extraordinaire». «Je suis ingrat, je devrais croire en Dieu. Parce que je suis passé par tant de hauts et de bas, et aujourd’hui, j’ai presque 80 ans», confie-t-il à l’AFP, à quelques mois de la fin de son...

Donnez votre avis!

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire