L’humanité est composée de nombreuses civilisations, et donc d’autant de cultures différentes. L’homme est le créateur d’une pluralité culturelle si gigantesque que lui-même n’a pu toutes les recenser. Mais cette diversité si monumentale peut-elle être un frein à l’unité de l’homme. La diversité des cultures est-elle incompatible avec l’unité de l’homme ? Est-il légitime de parler de l’unité de l’homme, d’une universalité de l’homme ? Nous verrons, tout d’abord, qu’il ne peut y avoir une universalité de l’homme du fait des trop grandes différences présentes au sein de l’humanité, puis, nous démontrerons ensuite qu’on peut concevoir une idée de l’homme qui dépasse la diversité. Enfin, nous montrerons que les idéaux de l’homme restent limités par la réalité.

            « La nature crée des différences, la société en fait des inégalités », ainsi s’exprime Tahar Ben Jelloun afin de qualifier la pluralité de l’humanité qui a pour conséquence une hiérarchisation des cultures et des conflits les interposant. Le racisme est une idéologie qui va dans ce sens. Le raciste est celui qui divise l’humanité en races et impose la prédominance d’une race sur l’autre. Il est raciste de créer des inégalités afin d’y trouver un prétexte de supériorité ; de même que l’ethnocentriste qui place une civilisation au centre des intérêts de l’humanité et instaure sa suprématie au reste du monde. L’histoire a, malheureusement, vu se succéder de nombreux exemples de civilisations ethnocentristes et cette supériorité s’est souvent affirmée par de multiples massacres.

Un exemple contemporain d'ethnocentrisme se décèle clairement dans la thèse du professeur américain Samuel Huntington. Dans son livre The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order, le professeur explique que le monde post guerre froide n'est plus un monde bipolaire, mais se divise en différentes civilisations qu'il quantifie au nombre de 9 : occidentale, latino-américaine, africaine, islamique, chinoise, hindoue, orthodoxe, bouddhiste et japonaise. Pour Huntington, ce sont à présent les différences culturelles qui régissent la géopolitique mondiale et les conflits internationaux. Il explique, par exemple, que la réussite économique de l'Extrême-Orient et son incapacité à se doter d'un système démocratique stable sont les conséquences de la culture asiatique. L'auteur conclut en affirmant la supériorité des sociétés chrétiennes comme étant les seules à posséder une prospérité économique durable. Sa thèse n'est qu'une forme d'ethnocentrisme déguisée qui met au centre du monde la civilisation occidentale et la place au sommet de la hiérarchie de son monde civilisationnel. Huntington n'est, après tout, que le pantin de la tradition dominatrice du monde occidental.

Une solution?
3 - IMAGES
Citation de Tahar Ben Jelloun
L’humanité est composée de nombreuses civilisations, et donc d’autant de cultures différentes. L’homme est le créateur d’une pluralité culturelle si gigantesque que lui-même n’a pu toutes les recenser. Mais cette diversité si monumentale peut-elle être un frein à l’unité de l’homme. La diversité des cultures est-elle incompatible avec l’unité de l’homme ? Est-il légitime de parler de l’unité de l’homme, d’une universalité de l’homme ? Nous verrons, tout d’abord, qu’il ne peut y...

Donnez votre avis!

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire

Publiés récemment

Viens voir le doc' Le documentaire du soir + de Viens voir le doc'
Viens voir le doc' Le documentaire du soir + de Viens voir le doc'
2 - VIDEO Note d'intérêt = 4.5 / 5 Note de complexité = 0.0 / 2