Un livre, nourri de centaines d’études scientifiques, décrit l’impact de la télé sur la société et sur les capacités intellectuelles. Affligeant. La télévision est un fléau, c’est scientifique ! Un chercheur en neurosciences a eu la bonne idée de compiler dans un livre les centaines d’études prouvant les effets toxiques du petit écran, mettant fin au mythe de « la télé, bouc émissaire ».

A la lecture du livre de Michel Desmurget, « TV lobotomie », on se demande comment on peut laisser faire ça. Le constat est tellement accablant que l’on se demande un moment si l’auteur n’est pas de mauvaise foi. Mais au fil des pages, il faut se rendre à l’évidence : l’impact de la télévision est tellement nocif pour la société qu’on se demande pourquoi il n’existe pas un bandeau quand on appuie sur le bouton, du type « la télévision que vous venez d’allumer est dangereuse pour votre santé ».

Des preuves à l’appui du discours, il y en a des centaines dans « TV lobotomie ». C’est justement l’idée de l’auteur, docteur en neurosciences à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) : faire la synthèse des différentes études portant sur la toxicité de la télévision. « Depuis 15 ans, il ne s’est pas passé une semaine sans que j’extraie au moins un ou deux papiers relatifs aux effets délétères de la télévision sur la santé », explique-t-il. Avant d’exposer ces effets, l’auteur veut battre en brèche le mythe de la télévision supplantée par Internet : l’usage des nouvelles technologies ne remplace pas la télé, il s’y additionne. « Un spectateur « typique » de plus de 15 ans passe chaque jour 3h 40 devant son poste de télévision », soit 75 % de son temps libre ! Quant aux enfants, « un écolier du primaire passe, tous les ans, plus de temps devant le tube cathodique que face à son instituteur », soit plus de 2 heures par jour. Pour quelles conséquences ?

Evaluation

Note d'intérêt = 3,7 / 5 Note de piment = 0,0/2 Note de complexité = 0,3 / 2

Le contenu fait peur x 3
8667
<p> Alors quand on combine chez les enfants, télé, ordinateur, tablettes, portables et consoles de jeux...</p> <p> Même l'Inpes (Institut National de Prévention et d'Education pour la Santé, établissement public administratif sous la tutelle du ministère de la sant) met en garde et concrètement, qu'est-ce qui est fait?</p> <p> Fait-on de la prévention dans les écoles, dans les PMI?</p>
B.
9114
<p> C'est aussi la responsabilité des parents d'adapter les technologies aux plus jeunes et inversement.</p>

Partager

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn Partager sur Pinterest Partager par mail

Donnez votre avis!

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire

Publiés récemment

Quoi de neuf? Rubrique actualité, ce qui a changé ces derniers jours + de Quoi de neuf?
Article - Fenêtre sur un site Note d'intérêt = 3.3 / 5 Note de complexité = 0.0 / 2
Vous ne rêvez pas : une bourse pour Gestation Pour de l’Argent est organisée à l’hôtel Hilton de la gare Centrale de Bruxelles. Une douzaine de sociétés américaines, indiennes ou canadiennes viennent vendre des bébés. Les prix pratiqués s’étalent sans honte 120 000€, 150 000€ et sans garantie de succès, mais avec de nombreuses options possibles...
Initiative du jour Une initiative que l'association souhaite mettre en valeur + de Initiative du jour
Article - Fenêtre sur un site Note d'intérêt = 4.0 / 5 Note de complexité = 0.0 / 2
Une startup indienne est sur le point de mettre en vente une éolienne à un prix inédit tant il est peu élevé. Le projet pilote, récompensé à plusieurs reprises pour son caractère durable, social et innovant, donne aux citoyens un rôle clé dans la transition énergétique. De quoi, dit-on, assurer une certaine autonomie énergétique d’un ménage...
Sortir de l'actu Publication intemporelle, reflexion profonde hors de l'actualité: + de Sortir de l'actu
Article - Fenêtre sur un site Note d'intérêt = 3.3 / 5 Note de complexité = 0.0 / 2
Tout a commencé par un Unix dans mon laboratoire, qui m’a conduit à installer une Red Hat sur mon PC à la maison. Puis j’ai opté pour un logiciel dérivé, Mandrake, devenu ensuite Mandriva. A la disparition de celle-ci j’ai testé un temps Kubuntu avant d’opter pour Linux Mint (en version KDE ou Lxde pour une machine moins puissante). J’ai même...