• Prix : 8 €
  • Date : 10 mars 2010
  • Poche : 205 pages
  • Editeur : Flammarion
  • Collection : Champs Essais
  • Langue : Français
  • ISBN-13 : 978-2081220430
  • Dimensions du produit : 18 x 1,1 x 11 cm

Présentation de l'éditeur

Il est d'usage, aujourd'hui, de distinguer un bon libéralisme politique et culturel - qui se situerait " à gauche " - d'un mauvais libéralisme économique, qui se situerait " à droite ". En reconstituant la genèse complexe de cette tradition philosophique, Jean-Claude Michéa montre qu'en réalité nous avons essentiellement affaire à deux versions parallèles et complémentaires du même projet historique. Celui de sortir des terribles guerres civiles idéologiques des XVIe-XVIIe siècles, tout en évitant simultanément la solution absolutiste proposée par Hobbes. Ce projet pacificateur a évidemment un prix: il faudra désormais renoncer à toute définition philosophique de la " vie bonne " et se résigner à l'idée que la politique est simplement l'art négatif de définir " la moins mauvaise société possible ". C'est cette volonté d'exclure méthodiquement de l'espace public toute référence à l'idée de morale (ou de décence) commune - supposée conduire à un " ordre moral " totalitaire ou au retour des guerres de religion - qui fonde en dernière instance l'unité du projet libéral, par-delà la diversité de ses formes, de gauche comme de droite. Tel est le principe de cet " empire du moindre mal ", dans lequel nous sommes tenus de vivre.

Biographie de l'auteur

Jean-Claude Michéa est philosophe. Il est notamment l'auteur de L'Enseignement de l'ignorance (Climats, 1999), Impasse Adam Smith (Climats, 2002; " Champs ", 2006), Orwell éducateur (Climats, 2003) et La Double Pensée. Retour sur la question libérale (" Champs ", 2008).

Une solution?
6 - LIVRE
L'empire du moindre mal : Essai sur la civilisation libérale
Prix : 8 € Date : 10 mars 2010 Poche : 205 pages Editeur : Flammarion Collection : Champs Essais Langue : Français ISBN-13 : 978-2081220430 Dimensions du produit : 18 x 1,1 x 11 cm Présentation de l'éditeur Il est d'usage, aujourd'hui, de distinguer un bon libéralisme politique et culturel - qui se situerait " à gauche " - d'un mauvais libéralisme économique, qui se situerait " à droite ". En reconstituant la genèse...

Donnez votre avis!

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire