Artiste: Vïrus

Style: rap / slam

• Durée : 5 min
• Date : 30 mars 2017
• Album : Les soliloques du Pauvre

Extrait du Livre-Disque "Les Soliloques du Pauvre" (Rayon du Fond / Au Diable Vauvert - 2017) Libre adaptation des poèmes de Gabriel Randon dit Jehan-rictus (1867-1933) dispo ici: http://shop.rayondufond.com/catalogue/ Instrumentale: Banane Illustration: La rouille Motion Design: Eulst

 

Comment qu’ ça s’ fait qu’ les taciturnes
Les fout-la-faim, les gas comm’ moi
Gn’en a pus d’un su’ l’ pavé d’ bois
Comment qu’ ça s’ fai
Ceuss qu’ ont du poil et d’ la fierté
Les inconnus…, que tout l’ mond’ frôle
Qui souffr’nt sans rouspéter
Et pass’nt en couchant les épaules ?
Comment qu’ ça s’ fait… Comment qu’ ça s’ fait
C’est-y que quand le ventre est vide
On n’ peut rien autr’ que s’ résigner
Comm’ le bétail au front stupide
Qui sent d’avanc’ qu’y s’ra saigné ?
Comment qu’ ça s’ fait… Comment qu’ ça s’ fait
Comment qu’ ça s’ fait qu’ la viande est lâche
Qu’on n’ tent’rait pas un coup d’ chien
Qu’ moins on peut… moins qu’on s’ maintient
Pus on s’ cramponne et pus qu’on tâche ?
Comment qu’ ça s’ fait… Comment qu’ ça s’ fait
Comment qu’ ça s’ fait qu’on fait rien
Qu’on a cor’ la forc’ de poursuivre
Et qu’ malgré tout, ben, on s’ laiss’ vivre
À la j’ m’en-fous, à la p’têt’-bien ?
Comment qu’ça s’fait… Comment qu’ça s’fait…

Oh ! C’est qu’ chacun a sa chimère
Et qu’ pus il est bas l’ purotain
Pus qu’y marin’ dans les misères
Pus que son gniasse est incertain
Moins y sait où donner d’ l’aile
Comme en plein jour l’oiseau du soir
Pus qu’y se r’suc’ dans la cervelle
Deux grains d’ mensonge et un d’espoir !
Espoir de quoi ? Ça dépend : Gn’en a qu’ espèr’nt en eun’ Justice
D’aut’s en la Gloir’ (ça, c’est un vice…
Leur faut dans l’ fign’ trois plum’s de paon !)
Gn’a pas, on est fatigué
On n’ donn’ pus dans la Politique
Ses pantins noirs et leur chiqué
On sait qu’ tout ça, c’est des « pratiques »…

 

On rigol’ d’eun’ Fraternité
Où mêm’ quand c’est l’ Milord qu’ étrenne
Et qu’ c’est son tour d’êt’ dans la peine
Ses frangins ( !) l’y laissent barboter
On s’ fout d’un Dieu qui, s’il existe
A sûr’ment dû nous oublier
Car d’pis l’ temps qu’on l’a supplié
L’aurait pu fair’ la Vie moins triste !
On commenc’ par avoir son crible
Des loufoqu’ries de nos Aïeux
On vourait pas, si c’tait possible
On vourait pas trinquer pour eux…
Nous on est droits… nous on respire
(Ça n’est déjà pas si cocasse)
Porquoi qu’y faut payer la casse
Du preumier au s’cond Empire ?
On marche pus pour êt’ martyrs
Ou d’ la confitur’ d’insurgés
Comm’ ceuss dont les z’oss’ments doiv’nt dire : - Malheur ! Quand c’est qu’on s’ra vengés ?

Porquoi qu’on s’rait viande à mitrailles
Pour flingots à « persécussions » ?
De Fourmies* on r’monte à Versailles*
C’est toujours les mêm’s solutions
On croit s’ battr’ pour l’Humanité
C’est pour qu’ les Forts s’engraissent
C’est pour que l’ Commerce y r’naisse
Avec bien pus d’ sécurité
On se souvient des Communeux
Dont on questionnait la cervelle
En leur enfonçant les vitreux
À coups d’ sorlots et d’ point’s d’ombrelles
Et quand on r’tombe au temps présent
On n’ trouv’ pas ça pus amusant
Y font vomir les satisfaits
À qui pus rien ne fait d’effet
Nous, on veut pus se l’ laisser mettre
Vaut mieux s’ tourner les pouc’s en rond
Quand un larbin y parvient maître
L’est cor pus carn’ que son patron !
De quoi ? S’ fair’ scier pour ces gas-là ?
Fair’ monter l’ tirag’ des gazettes ?
Y val’nt pas l’ coup
Qu’y z’y rest’nt aux wouater-clozettes !
À part quéqu’s-uns qu’ ont d’ la bonté
Les aut’s sont trop sûrs d’eux-mêmes
Laissons les flemmards à leur flemme
Et les salauds dans leur sal’té !
Qu’y z’y pionc’nt dans leur purin
Plein d’or, d’ laideurs et d’arrogance
Vrai, y manqu’nt trop d’élégance
Y m’ dégoût’nt, mes Contemporains !

 

 

Donc, chacun il a sa chimère
(Mêm’ qu’il en est l’unique amant)
Bibi a la sienne égal’ment…
Suffit… j’ m’entends… c’est m’ n’ affaire !
Voui, j’ suis un typ’, moi, j’en ai d’ bonnes
Quand les aut’s y sont dans leur lit
Bibi y trimballe eun’ Madone : Notre-Dame-des-Démolis !
Et l’ pus crevant d’ l’aventure
Qui fait mon chagrin panaché
C’est lorsque j’ suis l’ pus fauché
Dans la nasse, dans l’ordure
Quand j’ vaudrais pas mêm’ eun’ claque
Donn’rais pas deux ronds d’ ma peau
Qu’ « le long, le long du ruisseau »*
J’ vourais m’ fondre et devenir flaque
Quand j’ me sens l’ pus loqu’taillon
Mâch’ mes cris comm’ des cartouches
Quand j’ suis l’ pus rauque et farouche
Qu’a m’apparaît comme un rayon !
Quand j’ vas ruer dans les brancards
Tout par un coup v’là qu’a s’élève
La Cell’ qui dort au fond d’ mes rêves
Comme eun’ bonn’ Vierg’ dans un placard !
Qui c’est ? J’ sais pas, mais alle est belle : A s’ lève en moi en Lun’ d’Été
Qui c’est ? J’ sais pas…
Alle est postée en sentinelle
Comme un flambeau, comme eun’ clarté !
A m’ guette, alle écout’ si j’ l’appelle
Du fond du soir et du malheur
Mêm’ qu’alle a les tétons en fleur
Et tout l’Amour dans les prunelles !
Qui c’est ? J’ sais pas… p’têt’ la Beauté
(À moins qu’ ça n’ soye la Charité)
Qui c’est ? J’ sais pas…
En tout cas c’est moi qu’alle attend
Et v’là déjà pas mal de temps !

 

 

 

 

Mais à forc’ d’errer et d’ muser
Su’ des kilomèt’s de bitume
Quéqu’ soir d’horreur et d’amertume
J’ me cogn’rai p’têt’ dans son baiser !
Ma foi, si gn’a pas moyen
C’est pas ça qu’ empêch’ra que j’ l’aime !
Allons, r’marchons, suivons not’ flemme
Rêvons toujours, ça coûte rien !

 

Une solution?
5 - MUSIQUE
Vîrus x Jehan Rictus - Espoir
• Durée : 5 min • Date : 30 mars 2017 • Album : Les soliloques du Pauvre Extrait du Livre-Disque "Les Soliloques du Pauvre" (Rayon du Fond / Au Diable Vauvert - 2017) Libre adaptation des poèmes de Gabriel Randon dit Jehan-rictus (1867-1933) dispo ici: http://shop.rayondufond.com/catalogue/ Instrumentale: Banane Illustration: La rouille Motion Design: Eulst   Comment qu’ ça s’ fait qu’ les taciturnes Les fout-la-faim, les gas comm’ moi Gn’en a pus d’un su’ l’ pavé d...
Artistique 5 - MUSIQUE
SignalerSignaler à l'administrateur un problème sur le contenu

Evaluation

Note d'intérêt = 3,0 / 5 Note de piment = 0,5/2 Note de complexité = 0,5 / 2
Portrait de Renaud Schira
26782
[field_motif_de_refus]
ok
Portrait de brucezen
26960
[field_motif_de_refus]
une adaptation d'un poème ancien ... original et permettant de se mettre au coeur de la psychologie du "Pauvre"

Partager

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn Partager sur Pinterest

Donnez votre avis!

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire