Le 29 novembre 2015 fut une journée spectaculaire.

Des caméras de télévision du monde entier sont braquées sur Paris : aux images-fétiches du « deuil national » et de la mascarade diplomatique de la COP 21, viennent s’ajouter celles de la répression d’une manifestation interdite.

L’état d’urgence avait bel et bien été bravé, ce jour-là. En guise de représailles, la Préfecture de Paris place 317 personnes en garde à vue. C’est ce que raconte ce documentaire du collectif 317 que nous diffusons aujourd’hui. S’ensuit un texte de présentation de l’historienne et politologue Vanessa Codaccioni.

  • Durée : 1h00
  • Date : 26 novembre 2017
  • Source : lundimatin et Collectif 317
Une solution?
2 - VIDEO
317 (documentaire)
Le 29 novembre 2015 fut une journée spectaculaire. Des caméras de télévision du monde entier sont braquées sur Paris : aux images-fétiches du « deuil national » et de la mascarade diplomatique de la COP 21, viennent s’ajouter celles de la répression d’une manifestation interdite. L’état d’urgence avait bel et bien été bravé, ce jour-là. En guise de représailles, la Préfecture de Paris place 317 personnes en garde à vue. C’est ce que raconte ce...

Donnez votre avis!

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire