Un mode de décision plus direct est souhaitable, encore faut-il bien y réfléchir, sous peine de bâtir un système reproduisant certains des défauts du système actuel, comme la tendance à exclure les classes populaires de la participation à la décision collective. J’examine ici certaines réflexions sur la démocratie directe, pensent pouvoir critiquer la démocratie représentative en faisant l’économie de la critique sociale et en se contentant d’une approche purement formelle, purement procédurale. Un présupposé de ces approches est le mythe d'une capacité individuelle à produire spontanément une opinion politique de qualité. Je m’appuie sur les analyses sociologiques de P. Bourdieu et D. Gaxie, qui montrent que les citoyens sont globalement incompétents en matière politique, et que cette incompétence est inégalement répartie : les groupes sociaux les moins bien dotés en capital culturel sont aussi les moins capables de produire une opinion politique. Une mauvaise conception de la démocratie directe reproduirait donc au plan politique les inégalités sociales, et ne constituerait pas une grande avancée par rapport à la situation actuelle.

Une solution?
2 - VIDEO
Sommes-nous prêts pour la démocratie directe ?
Un mode de décision plus direct est souhaitable, encore faut-il bien y réfléchir, sous peine de bâtir un système reproduisant certains des défauts du système actuel, comme la tendance à exclure les classes populaires de la participation à la décision collective. J’examine ici certaines réflexions sur la démocratie directe, pensent pouvoir critiquer la démocratie représentative en faisant l’économie de la critique sociale et en se contentant d’une approche purement formelle, purement...

Donnez votre avis!

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire