Prendre une décision nécessite bien souvent de combiner plusieurs sources d’information ambiguës voire même conflictuelles. Dans ces conditions d’incertitude, les décisions humaines présentent une variabilité sous-optimale, et donc source d’erreurs, dont l’origine reste aujourd’hui mal comprise. Les théoriques psychologiques existantes attribuent le plus souvent cette variabilité aux périphéries du processus de décision : soit à une perception imparfaite des sources d’information, soit à un compromis entre exploration et exploitation lors du choix. Je montrerai comment des travaux de recherche récents, dont les miens, remettent en question l’idée d’une origine périphérique des erreurs de décision à la lumière de la neurobiologie de la prise de décision. Les résultats obtenus révèlent des contraintes biologiques sous-estimées qui conditionnent chacune de nos décisions.

Valentin Wyart est chercheur INSERM au Laboratoire de Neurosciences Cognitives du département DEC de l'ENS.

Une solution?
2 - VIDEO
Cerveau : les décisions en situation d'incertitude
Prendre une décision nécessite bien souvent de combiner plusieurs sources d’information ambiguës voire même conflictuelles. Dans ces conditions d’incertitude, les décisions humaines présentent une variabilité sous-optimale, et donc source d’erreurs, dont l’origine reste aujourd’hui mal comprise. Les théoriques psychologiques existantes attribuent le plus souvent cette variabilité aux périphéries du processus de décision : soit à une perception imparfaite des sources d’information, soit à un...

Donnez votre avis!

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire